Un développeur d'Overwatch répond aux critiques sur l'équilibrage du jeu - Dexerto.fr
Overwatch

Un développeur d’Overwatch répond aux critiques sur l’équilibrage du jeu

Publié le: 9/Jan/2020 17:04

by Cyril Pomathiod

Partager


Ces derniers mois, une partie de la communauté Overwatch a vivement critiqué la méthode d’équilibrage du jeu. Un développeur a répondu en détail à ces critiques.

Le 8 janvier, Josh Noh a répondu aux nombreuses critiques à l’encontre de Blizzard et du “power creep” employé pour équilibrer les personnages d’Overwatch.

Le power creep, c’est le fait que le niveau de puissance moyen des héros d’un jeu augmente au fil des mises à jour. C’est un phénomène qui se produit généralement sur le long terme, lorsque l’équipe en charge de l’équilibrage buff régulièrement les personnages les plus faibles plutôt que de nerf les plus puissants.

Publicité

BlizzardMei est au centre des débats, considérée trop puissantes par beaucoup de joueurs

Sur le long terme, une telle pratique peut s’avérer très problématique puisqu’elle peut engendrer de nombreux problèmes : décalage entre la puissance des personnages et les mécaniques du jeu tel qu’il a été conçu, sentiment de frustration en affrontant des personnages trop puissants, diminution du skill nécessaire pour jouer les héros, etc.

Sur le forum officiel de Blizzard, Josh Noh a donné sa vision de la situation actuelle :

“Je suis venu partager mon opinion, écouter la communauté et essayer avec vous de rendre le jeu meilleur. Je n’essaye en aucun cas de dénigrer les inquiétudes de chacun et de dire que tout va bien.

Publicité

Je suis conscient qu’il y a des augmentations ciblées du niveau de puissance de certains aspects du jeu comme les soins, l’introduction de nouveaux héros et de nouvelles mécaniques, ou des choses comme la mobilité extrême de Roulé-Boulé (Bouldozer). Je ne pense pas que ce soit forcément une mauvaise chose puisque l’équilibrage dépend de nombreux facteurs. Il y a également eu des pertes de puissance comme la récente modification sur les boucliers.

L’idée que j’ai essayé d’exprimer (dans son précédent post traitant de l’équilibrage), et j’ai clairement échoué, est que je ne ressens pas personnellement qu’il y ait une quantité déraisonnable de power creep qui fait que le gameplay ne correspond plus à Overwatch.

Publicité

Par exemple, les compositions GOATS étaient trop puissante selon moi, pas forcément à cause de l’augmentation de la puissance individuelle des héros mais par la synergie combinée de la composition qui s’est écartée de ce qu’on attend d’un shooter.”

BlizzardLa compo GOATS se composait de 3 tanks et 3 supports et était très difficile à contrer

Dans son précédent message, Noh abordait l’équilibrage sous un angle plus large. Il s’est notamment exprimé sur le cas de personnages dont l’état actuel agace beaucoup de joueurs : Mei et Genji. Alors que Mei est considérée par une bonne partie de la communauté comme un héros trop puissant et trop présent en parties compétitives, Genji est à l’opposé d’après les joueurs : peu joué car trop faible.

Publicité

Josh Noh explique alors qu’il peut y avoir d’énormes différences entre le ressenti des joueurs et la situation réelle.

Il explique que les statistiques ne doivent pas être la seule base pour équilibrer un jeu puisque le plaisir de jeu est tout aussi important que l’aspect compétitif. Un champion contre lequel il est frustrant de jouer paraitra souvent plus puissant qu’il ne l’est vraiment… et ça pourra bien être le cas de Mei.

D’après Noh, les deux extrémités de la tier list que représenteraient Mei et Genji d’après les joueurs sont en fait relativement similaire en ce qui concerne les statistiques.

Publicité

En se basant sur les données récoltées dans les parties en Grand Master, le développeur explique que les deux personnages figurent aux alentours de la 8ème position du classement des personnages les plus joués, et ont un winrate qui les placent dans le milieu du cast de personnages en terme de puissance.

Vous l’aurez compris, Mei et Genji sont à peu près aussi puissants l’un que l’autre, et cela ne peut que nous faire constater à quel point le ressenti des joueurs peut biaiser une réalité pourtant bien différente.