Le PDG de Riot, Nicolo Laurent, accusé de harcèlement par une ex-employée - Dexerto.fr
League of Legends

Le PDG de Riot, Nicolo Laurent, accusé de harcèlement par une ex-employée

Publié le: 10/Feb/2021 11:02

by Alexandre domingues

Partager


Sharon O’Donnell poursuit Riot Games et son président pour plusieurs chefs d’accusations notamment harcèlement et discrimination liée au sexe.

Scandale chez Riot Games. Le PDG de l’entreprise américaine, éditrice de League of Legends, Valorant et Teamfight Tactics, est sous enquête après des accusations contre lui. Une ancienne employée de la compagnie, Sharon O’Donnell (qui était adjointe exécutive) a déposé une plainte, début janvier, et poursuit Nicolas “Nicolo” Laurent pour perte de salaire, frais médicaux et dommages généraux liés à son emploi.

Licenciée en juillet 2020, O’Donnell, comme expliqué originellement par Daily Esports, accuse Riot Games d’avoir mis un terme à son contrat de travail de façon injustifiée, de l’avoir forcée à réaliser des heures supplémentaires non payées et surtout, elle accuse Nicolo Laurent de lui avoir fait des avances sexuelles, des commentaires sexistes ainsi que des offres de voyage (en dehors du cadre professionnel) inappropriées.

Publicité

Dans une déclaration faite à Daily Esports, Riot annonce examiner avec attention toutes ces allégations et que Nicolo Laurent coopère pleinement avec l’enquête interne. : “Il est essentiel de prendre toutes les allégations de harcèlement ou de discrimination très au sérieux, d’enquêter de manière approfondie sur les allégations et de prendre des mesures contre quiconque aurait enfreint nos politiques, explique Joe Hixson, le porte-parole de Riot Games dans cette affaire. Dans ce cas, comme certaines de ces réclamations concernent un chef exécutif, un comité spécial de notre conseil d’administration supervise l’enquête, qui est menée par un cabinet d’avocats externe”.

Publicité

“La meilleure façon de gérer le stress pendant la pandémie est d’avoir des enfants”

O’Donnell affirme que Riot a enfreint le droit du travail californien en ne respectant pas les directives destinées aux employés non exonérés, un format sous lequel elle dit avoir été embauchée. Contrairement aux employés exonérés, les non-exonérés reçoivent une compensation financière pour toutes les heures supplémentaires réalisées.

Dans la poursuite, l’ancienne employée affirme que Riot l’a licenciée après s’être plainte du comportement de Nicolo au service des ressources humaines de l’entreprise. Une déclaration réfutée par Joe Hixson.

Publicité

Un sujet qui peut être immédiatement mis au clair est la plainte de la plaignante concernant sa séparation avec Riot”, a-t-il indiqué. “Cette personne a été licenciée de l’entreprise il y a plus de sept mois en raison de multiples plaintes bien documentées émanant de diverses personnes. Toute suggestion est tout simplement fausse”.

Nicolo CEO Riot Games Tian FPX Worlds 2019Nicolas “Nicolo” Laurent remet le trophée de MVP de la finale des Worlds 2019, à Paris, à Gao “Tian” Tian-Liang de FunPlus Phoenix. Crédit photo : Colin Young-Wolff/Riot Games

Celle qui a collaboré pendant plus de trois ans avec l’éditeur de League of Legends assure que le PDG de l’entreprise lui a crié dessus à de nombreuses reprises, et qu’il lui demandait constamment de “faire attention au ton qu’elle prenait”. Enfin, cette dernière certifie que Nicolas Laurent lui aurait expliqué, à elle et à d’autres employées, que “la meilleure façon de gérer le stress pendant la pandémie de Covid-19 était d’avoir des enfants”.

Publicité

L’enquête, débutée en décembre 2020, devrait durer 12 mois. Une période pendant laquelle tous les salaires, pénalités, dommages-intérêts ou autres montants peuvent être évalués par le commissaire du travail. Ce n’est pas la première fois que Riot Games est poursuivi par un ancien employé. En 2018, Mélanie McCracken et d’autres anciennes salariées de la société américaine, ont lancé une plainte après qu’un rapport, extérieur à l’entreprise, explique qu’il y régnait une culture du travail toxique et de la discrimination liée au sexe. Plus de 10 millions de dollars de dédommagement ont été distribués entre les employés victimes de cette affaire.