Simplicité et Horreur : La formule gagnante de Content Warning

Estelle Vernet
Content Warning capture d'écran du trailer

Les jeux d’horreur sont renommés pour leurs jumpscares, coins sombres et bandes-son intenses — mais l’arme secrète de Content Warning est indéniablement ses graphiques uniques.

En se penchant sur des jeux comme Baldur’s Gate 3, Dragons Dogma 2, The Outlast Trials, et même Amnesia, il est clair que les graphismes de grande qualité sont au premier plan d’une vaste majorité de jeux vidéo actuels. Après tout, ils peuvent rendre une aventure immersive et peuvent intensifier les sensations de ceux qui plongent dans des sous-sols terrifiants ou des lieux où aucune personne saine d’esprit ne devrait vouloir entrer sans protection.

Cependant, Content Warning a prouvé qu’il n’y a pas besoin d’une bande-son dramatique ou de graphismes réalistes lorsque vous avez de grands moments d’effrois et des monstres effrayants.

Content Warning prouve que l’horreur ne se limite pas à l’apparence

Content Warning gameplay

Avec les jeux d’horreur, l’immersion est l’une des clés du succès. Après tout, vous devez être collé à votre écran pour que l’horreur ou les monstres inquiétants vous effraient. Ainsi, beaucoup se tournent vers les graphismes pour aider à créer une atmosphère terrifiante.

Néanmoins, ce concept est complètement chamboulé par Content Warning, qui a un design de faible qualité, voulu et unique, par rapport à ses cousins AAA.

Dès que vous descendez dans son paysage de style sous-sol sombre, vous êtes accueilli par un design visuel qui rappelle un dessin griffonné trouvé dans l’une des salles d’asile d’Outlast. Les meubles, murs et même les sols semblent menaçants, et la plupart projettent une ombre semblable à celle d’un monstre, causant angoisse et suspicion à chaque tournant.

Ce qui est si intéressant à ce sujet est la notion que vous êtes tout aussi immergé — sinon plus — par ces graphismes, bien qu’ils soient plutôt « simplistes » comparés à des jeux d’un calibre similaire. Un tel design et un manque de musique dramatique servent en effet à intensifier la tension de Content Warning, créant un jeu d’horreur qui obsède déjà les fans.

C’est bien la preuve que l’habit ne fait pas le moine, surtout quand la réalité est remise en question dans un jeu d’horreur comme Content Warning.

À Propos De L’Auteur

Estelle Vernet écrit sur les jeux vidéo en général pour Dexerto. Elle est diplômée d’un Master en Traduction Éditoriale de l’université d’Avignon. Traductrice littéraire et technique, elle a notamment traduit des jeux mobiles avant de devenir rédactrice web. Grande fan de Mass Effect, elle adore les jeux d'aventure immersifs, comme les Far Cry, Dying Light, mais aussi The Last of Us, Stray et Silent Hill 2. Vous pouvez la contacter à [email protected] 🌌👾✨🎮📝