Poursuivie pour 25M$ pour du contenu trop "suggestif", Twitch riposte - Dexerto.fr
General

Poursuivie pour 25M$ pour du contenu trop “suggestif”, Twitch riposte

Published: 23/Aug/2020 16:06 Updated: 23/Aug/2020 16:42

by Isabelle Thierens

Share


La célèbre plateforme de streaming d’Amazon, Twitch, a répondu à la plainte déposée par Erik Estavillo qui a demandé 25 millions de dollars de dommages et intérêts en raison d’un contenu trop “suggestif” proposé sur le site. En réponse, Twitch a lancé une poursuite stratégique contre la mobilisation publique.

En juin dernier, Erik Estavillo a intenté une action en justice contre Twitch, exigeant 25 millions de dollars de dommages et intérêts.

La plainte d’Estavillo

Estavillo a porté plainte auprès de Cour supérieure de Californie, jugeant que Twitch avait aggravé ses troubles obsessionnels compulsifs et sa dépendance sexuelle.

Advertisement

“Twitch a extrêmement exacerbé son état en affichant de nombreuses streameuses sexuellement suggestives via le code de programmation de Twitch”, pouvait-on lire sur la plainte. “Ce qui rend presque impossible pour le plaignant d’utiliser Twitch sans être exposé à un tel contenu sexuel.”

En plus du contenu “trop suggestif“, Estavillo avait pointé du doigt l’absence de filtre permettant de filtrer les streamers par genre et le fait que la plateforme “profitait” des viewers sexuellement dépendants.

Alinity a été l'une des personnalité citée lors de l'affaire

“Twitch profite de ce système de récompense de gratification immédiate contre ses spectateurs sexuellement dépendants, ce qui n’est pas différent de ce que ferait un casino.”

Advertisement

Estavillo avait également établi une liste de streameuses qui devraient être bannies de la plateforme selon lui car elles “continuent d’exposer des spectateurs qui veulent simplement voir des gens jouer à des jeux vidéo sur Twitch, mais au lieu de cela, ils sont exposés à du matériel et à du contenu sexuellement addictifs de manière consistante et quotidienne”.

Le procès a fait l’objet d’un véritable battage médiatique, en particulier en raison du montant des dommages et intérêts demandés par le plaignant qui s’élèvent à 25 millions de dollars.

La réponse de Twitch

Dans une réponse déposée le 18 août, les avocats de Twitch ont demandé à ce que la plainte soit radiée en vertu des lois contre la poursuite stratégique contre la mobilisation publique (SLAPP). Ces lois en question visent à protéger les entreprises et les particuliers contre des poursuites judiciaires sans fondement.

Advertisement

En règle générale, il s’agit de poursuites uniquement destinées à être coûteuses ou à faire perdre du temps au défenseur, plutôt que de véritablement chercher à gagner le procès.

Les avocats ont demandé à ce que le tribunal annule la plainte du demandeur “au motif que la plainte du demandeur contre Twitch fait l’objet d’une motion spéciale en grève en vertu du Code de procédure civile de Californie, §425.16.

Ce code fait référence à “une augmentation inquiétante des poursuites intentées principalement pour freiner l’exercice valide des droits constitutionnels de liberté d’expression et de pétition pour le redressement des griefs”.

Advertisement

Plus précisément, ils ont déclaré que les allégations d’Estavillo “enfreignent le statut de SLAPP de Californie, C.p.c. § 425.16. La plainte du demandeur tente de limiter le droit de Twitch à décider quel contenu autoriser ou non sur son service, ce qui relève carrément du droit constitutionnel qui protège la liberté d’expression de Twitch”.

“Heureusement, le statut de SLAPP de la Californie fournit un mécanisme de protection contre les poursuites abusives comme celle-ci“, ont déclaré les avocats de Twitch. “Parce que la plainte du demandeur découle directement du contenu disponible sur un forum public et agit dans le but de promouvoir des discours sur des questions d’intérêt public, le statut de la poursuite stratégique contre la mobilisation publique lui transfère le fardeau de présenter des preuves recevables étayant ses allégations.

Advertisement

Ils ont ajouté que la plainte d’Estavillo ne répond pas à ce fardeau consistant à “établir une probabilité qu’il l’emporte sur ses revendications“, pour 2 raisons :

  • La plainte du demandeur est interdite dans son intégralité par la loi fédérale sur la décence des communications, 47 U.S.C. § 230 (c).
  • Même si elle n’est pas interdite par le Communications Decency Act, la plainte du demandeur n’énonce pas une réclamation viable en vertu du droit californien.

Ils notent également que Twitch est protégé contre de telles réclamations, car ses conditions d’utilisation stipulent que la plateforme “ne prends aucune responsabilité et n’assume aucune responsabilité pour tout contenu utilisateur ou pour toute perte ou dommage en résultant, et Twitch n’est pas responsable des erreurs, diffamations, calomnies, omissions, mensonges, obscénité, pornographie ou blasphème que vous pourriez rencontrer lors de l’utilisation des services Twitch.

Vous pouvez lire la réponse complète de Twitch ici :

Ils ont souligné également les poursuites judiciaires antérieures du plaignant contre de grandes entreprises technologiques et utilisé des citations de son livre, The PSN Plaintiff, pour suggérer qu’il se vante d’avoir contribué à “une présence en ligne assez décente à la lumière de mes poursuites“.

Si le demandeur ne peut pas assumer le fardeau de la preuve montrant qu’il peut gagner la poursuite, l’affaire sera rejetée dans le cadre d’une procédure anti-SLAPP. Les lois anti-SLAPP permettant souvent au défendeur de percevoir les honoraires d’avocat du plaignant.