Un joueur de FIFA banni pour avoir insulté Ian Wright suite à une défaite - Dexerto.fr
FIFA

Un joueur de FIFA banni pour avoir insulté Ian Wright suite à une défaite

Publié le: 3/Mar/2021 21:41

by Cyril Pomathiod

Partager


Un jeune joueur a pris la légende du football Ian Wright pour cible après une défaite sur FIFA. Ses insultes lui ont valu un passage devant la justice et un ban définitif.

En mai 2020, un joueur de FIFA a visiblement pris un peu trop au sérieux une défaite sur l’incontournable jeu de foot d’EA Sports. Après avoir perdu avec son équipe constituée – entre autres – de la légende du foot anglais Ian Wright, le jeune homme nommé Patrick O’Brien a déchaîné sa colère sur Instagram en envoyant de nombreuses insultes racistes à Wright.

Publicité

L’iconique attaquant anglais, qui a fait les beaux jours d’Arsenal dans les années 90, a reçu pas moins de 20 messages racistes de la part d’O’Brien. Des insultes qui ont poussé Ian Wright à porter plainte.

 

Ian Wright et Thierry Henry
Arsenal
Ian Wright est une véritable légende d’Arsenal. Il est le deuxième meilleur buteur du club après Thierry Henry

 

Après s’être excusé auprès du principal concerné et avoir fait don de 500€ à une association luttant contre le racisme, Patrick O’Brien a finalement été acquitté. Le juge aurait expliqué les agissements du fautif comme un comportement “naïf” et “immature”… ce qui est bien loin de satisfaire Ian Wright.

“J’ai vu le jugement annoncé aujourd’hui et je suis déçu.

Publicité

Cette affaire n’a jamais été une question de vengeance, c’était à propos de subir les conséquences d’actes de racisme. Pardonner ce jeune homme était vraiment un besoin personnel pour moi et un désir d’aller de l’avant sans plus de souffrance. Je suis un homme de 57 ans qui a subi le racisme toute sa vie. Je ne m’attendais pas à ce que mon pardon soit une invitation à alléger la sentence.

En voyant ce jugement, je ne peux que me demander quel moyen de dissuasion est mis en place pour ceux qui crachent ce genre d’injures racistes.

Publicité

Une personne a souhaité ma mort à cause de ma couleur de peau. Aucune “naïveté” ou “immaturité” avancée par un juge ne sera jamais acceptable pour nous. L’immaturité et la naïveté supposée de nos agresseurs ne sera jamais un réconfort.

Donc oui, je suis déçu. Je suis fatigué. Nous sommes tous fatigués.”

EA Sports s’élève contre le racisme

Si la justice s’est montrée clémente avec le jeune joueur de FIFA, EA Sports a par contré été implacable. Suite à cette affaire, le studio a non seulement banni de manière permanente Patrick O’Brien de tous les jeux FIFA, mais la société a aussi renforcé sa politique de lutte contre le racisme et largement communiqué sur le sujet.

Publicité

Un geste fort, donc, de la part d’EA Sports qui semble avoir profondément touché Ian Wright. En effet, ce dernier est revenu lors d’un de ses podcasts sur l’importance d’une telle mesure :

EA Sports, les gars, ils se sont bougés pour moi. Après cette attaque, ils ont changé toute leur politique [contre le racisme]. […] Vous pouvez imaginer tous les paramètres légaux à prendre en compte pour changer votre politique ? Ce n’est pas seulement pour moi, c’est pour leur staff, pour les joueurs, les talents, leurs partenaires. Aucune tolérance. Aucune tolérance et des mesures seront prises.

 

Ça envoie un message, les gars. Que ce soit une question de race, de religion, de genre ou de n’importe quoi… aucune discrimination ne sera tolérée. Il est banni à vie.

l'ancien footballeur Ian Wright
Ian Wright
Selon Ian Wright, EA Sports a montré l’exemple en se dressant une nouvelle fois contre le racisme

En frappant fort suite à cette affaire de racisme, EA Sports montre une fois de plus que le racisme n’a pas sa place sur FIFA… ni nulle par ailleurs.

Pas dans les rues,  dans les tribunaux ni sur les terrains. Il n’y a de place pour le racisme nulle part.

 

Aux côtés de la Premier League, nos clubs partenaires, nos ambassadeurs et les footballers où qu’ils soient, nous allons continuer à travailler ensemble pour lutter contre ce problème.