Pokimane riposte contre ceux qui l’accusent d’être hypocrite

PokimanePokimane

Alors que les critiques se multipliaient, Pokimane a riposté contre ses détracteurs qui ont jugé qu’elle a annoncé avoir payé le fonds de retraite de ses parents pour se faire bien voir.

À de multiples reprises au cours de sa carrière Pokimane a fait l’objet de harcèlement et de vagues de haine. Dernièrement, la populaire créatrice de contenu a été vivement critiquée suite à son tweet où elle expliquait qu’elle avait payé le fonds de pension et le plan de retraite de ses parents. Dans cette publication, Pokimane a écrit à quel point elle était reconnaissante de pouvoir enfin redonner à ses parents.

L’article continue après la publicité

“En tant qu’immigrée, je me suis toujours sentie redevable envers eux”, a déclaré Pokimane. “Maintenant, rien ne me rend plus heureuse que de pouvoir leur rendre la pareille pour leurs sacrifices”.

PokimaneHyperX / Amazon / Pokimane
Pokimane compte plus de 9,3 millions de followers sur Twitch.

Si de nombreux internautes ont salué le geste de la jeune femme, très vite la section des commentaires a été noyée sous les réponses négatives, certains répondant simplement avec des commentaires comme “tout le monde s’en fout” ou d’autres l’accusant d’avoir seulement partagé ce tweet afin de se faire bien voir, pour être une “bonne personne”.

Suite à ces multiples commentaires négatifs, Pokimane a partagé d’autres tweets en réponse. Elle a commencé par dénoncer les réponses “ignorantes” avant d’ajouter qu’elle allait maintenant faire “un peu d’éducation” en réponse à la négativité.

L’article continue après la publicité

“Je suis née au Maroc, un pays du tiers-monde, et mes parents extraordinaires ont immigré au Canada quand j’avais quatre ans”, a-t-elle déclaré. “J’ai grandi en sachant à quel point leurs parents, leurs frères et sœurs et leurs amis leur manquaient au Maroc… mais ils étaient toujours heureux que leurs sacrifices nous permettent, à mon frère et moi, de recevoir une excellente éducation et de faire ce que nous voulons.”

Elle a ajouté ensuite : “Si je n’avais pas grandi au Canada, je n’aurais pas eu le même accès à l’internet, aux périphériques, etc., qui m’a permis de devenir la [créatrice de contenu] que je suis aujourd’hui”.

L’article continue après la publicité