Divertissement

Le coup de gueule du Joueur du Grenier contre le divertissement YouTube

par Cyril Pomathiod
Joueur du Grenier - McFly et Carlito - Laurent Combet

Partager


Joueur du Grenier, véritable précurseur de la scène YouTube francophone, a exprimé en vidéo son mécontentement face à l'état du divertissement sur YouTube.

En Septembre 2009, le Joueur du Grenier accompagné de son acolyte Seb postaient leur première vidéo sur YouTube : un test des Chevaliers du Zodiaque sur NES, un jeu médiocre dont le YouTubeur en chemise jaune pointera chaque défaut en jouant le rôle d'un gamer colérique.

10 ans plus tard, le concept reste le même : un ou plusieurs jeux pourris, et le JDG qui s'énerve devant son écran, balançant des vannes et s'énervant des nombreux défauts de gameplay, de traduction, de design, etc. Au fil des années, la production de l'émission mensuelle s'est énormément améliorée, la fiction a pris de plus en plus de place au détriment des parties de test du jeu vidéo... mais le concept reste le même, fidèle à ses origines.

Publicité

Le Joueur du Grenier a bien évolué... mais clairement pas autant que le contenu divertissement sur YouTube dans son ensemble, et sans doute pas assez pour renouveler efficacement son audience. Avec 3,32 millions d'abonnés, JDG reste une chaîne importante de la scène française, mais sa progression est ridiculement lente comparée aux grandes pompes du divertissement d'aujourd'hui comme la RedBox, McFly et Carlito, Squeezie et bien d'autres.

Dans une vidéo postée le 6 novembre sur sa chaîne secondaire, le Bazar du Grenier, JDG exprime son ressenti quant à l'état actuel du divertissement sur YouTube. Selon lui, cette branche très populaire de contenu s'est énormément détériorée en s'enfermant dans un format de vidéo certes populaire mais redondant, et qui trouve peu d'intérêt à ses yeux.

Publicité

Pour moi, tout a commencé à changer avec l’hégémonie des vidéos de type RedBox et l'ascension de McFly et Carlito et du fameux "Double F" que ces deux groupes ont emmené. Le Double F, c'est "des Feats et du Fun".

Le Joueur du Grenier détaille alors la méthode utilisée : inviter d'autres célébrités pour une vidéo et passer son temps à rigoler pour un rien avec un montage ultra dynamique. Il explique que quelques années auparavant, les créateurs de contenus étaient plus spécialisés sur des formats précis :

Vous vouliez voir des vidéos rigolotes avec de la mise en scène vous alliez voir Antoine Daniel, vous vouliez voir des vidéos rigolotes avec de la politique vous alliez voir Mathieu Sommet (SLG), vous vouliez voir information et culture, vous alliez voir le Point Culture. Let's play et humour vous alliez voir Bob Lennon ou Wankil. Maintenant, on est passé sur un YouTube où tout le monde fait tout. Ce que je reproche, c'est que pour moi tout est devenu fade.

Publicité

Selon JDG, les YoutuBeurs à succès préfèrent dorénavant courir après "le format qui marche" plutôt que de faire le choix de la créativité en cherchant à proposer du contenu différent voire innovant.

Il ajoute d'ailleurs que les comparaisons entre YouTube et la télévisions sont devenues ridicule. D'après lui, ce qui fonctionne dorénavant sur YouTube est le même contenu aseptisé que l'on retrouve à la TV. Il explique d'ailleurs clairement que "YouTube c'est la télé."

Joueur du Grenier
Joueur du Grenier
Si la qualité de production a énormément évolué, le concept de JDG reste inchangé en 10 ans

Publicité

Conscient que son format, toujours fidèle à celui qui l'a fait connaitre il y a 10 ans, n'est pas ce qui permettra à sa chaîne de continuer son ascension, le Joueur du Grenier explique avoir réfléchi avec Seb à l'idée de faire eux aussi ce nouveau genre de contenu qui cartonne sur YouTube. Néanmoins, les deux trentenaires ont rapidement exclu l'idée de suivre la vague :

Avec Seb, on sait ce qu'il faut faire (pour produire du contenu divertissement attirant) mais... bah on veut pas en fait. On s'est imaginé plein de fois en train de faire ce genre de chose. [...] Ce qui nous empêche de le faire, c'est qu'on se sent idiot en le faisant. Du coup on peut pas évoluer, c'est ça le truc. C'est pour ça que je me sens déconnecté, parce que je vois le média qui évolue mais moi j'ai pas envie d'évoluer dans cette direction.

Publicité

Malgré tout,  le JDG rappelle en fin de vidéo qu'il n'est pas à plaindre et que ses chaînes YouTube rapportent suffisamment d'argent pour lui offrir une vie confortable. Néanmoins, il prouve avec cette vidéo qu'il est en pleine conscience que l'évolution du contenu sur YouTube se fait sans lui. Qu'on aime ou pas le contenu devenu hors norme du Joueur du Grenier, on ne peut que respecter le choix des deux collaborateurs de continuer sur la voie qui leur plait plutôt que de suivre bêtement la vague et de se conformer aux standards actuels.