Call of Duty

CouRage déteste Warzone, les changements dont le jeu a besoin selon lui

Publié le: 16/Fév/2021 19:27 Modifié le: 16/Fév/2021 19:58

by Martin Thibaut

Partager


Le Youtubeur, Jack ‘CouRage‘ Dunlop, a expliqué pourquoi il déteste le battle royale de Call of Duty: Warzone, et a donné son avis sur certains des changements nécessaires pour améliorer le jeu.

Warzone est devenu un titre massif parmi les streamers et les joueurs occasionnels, de nombreux créateurs de contenu se concentrant uniquement sur le jeu gratuit de Call of Duty.

Publicité

Les plus gros créateurs tels que NICKMERCS, TimTheTatman et Gotaga sont parmi les plus populaires sur Twitch, et il fut un temps ou CouRage en faisait lui aussi parti.

Cela dit, l’ancien commentateur de Call of Duty n’a pas longtemps joué à Warzone avant de passer à d’autres titres, tels que Valorant ou Among Us.

Publicité

Instagram: couragejd
CouRage s’est fait un nom dans la scène Call of Duty, mais n’a plus aucune envie de jouer au jeu.

Dans sa vidéo du 15 février sur YouTube sur sa deuxième chaîne , CouRage a répondu aux commentaires suggérant qu’il ne s’entend plus avec NICKMERCS, ou TimTheTatman, car ils ne jouent plus à Warzone ensemble.

La vraie raison, explique Dunlop, est que «sa capacité d’attention pour Warzone et sa capacité à y jouer sont à leur plus bas niveau. »

Publicité

«La raison pour laquelle j’ai arrêté de jouer avec Nick, Tim et Cloak est que j’en ai assez de ce jeu», a-t-il poursuivi. «J’adore Warzone, mais je le déteste également. Soit nous subissons de la triche, sois nous avons des stream snipers qui nous poursuivent. Sans même parler du problème de stims infinis. »

Ces plaintes sont au centre de Warzone depuis un moment. Le bug des stimulants a été persistant et il ne semble pas y avoir de solution définitive. Et le problème de la triche est un problème monumental sur lequel les développeurs planchent actuellement sans solution durable.

Expliquant qu’il n’y a «pas eu assez de changements», le streamer demande également à Activision de le «laisser s’en charger», supposant le fait qu’il ait une forte opinion sur les moyens d’améliorer l’expérience du BR.