General

Nouvelle condamnation après la mort d'un innocent lors d'un swatting

by Paul Fouillade

Partager


Casey Viner, un jeune américain de 19 ans vient d'être déclaré coupable et condamné à la prison après la mort d'un innocent lors d'un swatting qui avait mal tourné en 2017.

Casey Viner est tristement célèbre pour avoir organisé et participé au swatting d'un rival sur Call of Duty. Avec son complice, ils ont été condamnés après la mort d'un innocent père de famille qui s'est retrouvé mêlé à cette affaire.

Advertisement

Après un swatting en 2017 qui avait fait énormément de bruit aux Etats-Unis, Tyler Barriss, le principal accusé dans cette affaire, était condamné en mars 2019 à 20 ans de prison pour avoir provoqué la mort d'Andrew Finch, victime malgré eux d'un tir de policier. Son associé, Casey Viner écope pour sa part de 15 mois de prison.

Andrew Finch
Andrew Finch
Andrew Finch, victime malgré lui de la bêtise des swatters

Tout a commencé après une dispute entre Casey, Tyler et Shane Gaskill sur Call of Duty. Voulant se venger de ce dernier, Casey et Tyler ont donc organisé un swatting en lançant une fausse alerte auprès des forces de police.

Advertisement

Affirmant que Shane aurait tiré sur son père puis pris sa famille en otage, les deux swatteurs ont lancé le SWAT après lui. Malheureusement l'adresse fournie ne correspondait pas du tout à Shane Graskill mais à un certain Andrew Finch...

S'attendant à trouver une résistance armée et un suspect dangereux, le SWAT s'est donc rendu au domicile d'Andrew Finch. Après avoir pris des possessions des lieux, un officier a ouvert le feu sur Finch après que celui-ci aurait "déplacé sa main vers sa taille".

L'officier en question n'a d'ailleurs pas été condamné, la justice considérant qu'il n'a pas répondu de manière déraisonnable compte tenu du contexte de la situation.

Advertisement

L'avocat américain Stephen McAllister lors de la déclaration du verdict a tenu à faire savoir que le swatting n'avait rien d'une plaisanterie.

Le swatting est imprudent, dangereux et comme le prouve cette affaire, potentiellement tragique. Le swatting n'est pas une blague et n'est en aucun cas un moyen de résoudre des disputes entre joueurs.

Stephen McAllister

Ce jugement intervient alors que le swatting semble toujours aussi populaire. On recense régulièrement de nouveaux cas et pas seulement aux Etats-Unis. En France, le streamer Kameto en a lui-même fait les frais il y a peu.

Advertisement