Smash

Nintendo assume le manque de cash prize dans l'e-sport Smash Bros.

by Cyril Pomathiod
Genesis

Partager


Beaucoup de joueurs de Smash Bros. attendent une plus forte implication de Nintendo dans l'environnement e-sport du jeu. L'éditeur, lui, campe sur ses positions.

Nintendo n'a jamais été connu pour supporter activement la scène compétitive de Smash Bros. Si la situation s'est largement améliorée ces dernières années, les pros espèrent plus d'implication de la part de l'éditeur avec notamment la mise en place d'un circuit compétitif officiel.

Advertisement

Le président de Nintendo Shuntaro Furukawa s'est entretenu avec le media Nikkei à propos de Smash Bros. et son environnement compétitif :

L'e-sport, c'est là que les joueurs s'affrontent sur scène autour d'un cash prize, et que les spectateurs apprécient ce spectacle. Cela met en avant l'un des incroyables atouts des jeux vidéo.

Malgré cette considération pour l'e-sport, que le président voit comme une pratique positive pour le milieu du jeu vidéo et Nintendo - ce qui n'était pas forcément le cas quelques années auparavant - il n'a pas l'intention de revoir la politique de la société quant à l'implication de la société :

Advertisement

Afin de rendre les jeux de notre entreprise jouables par un large panel de joueurs, peu importe leur expérience, leur genre ou leur génération, nous voulons également que nos événements soient accessibles à beaucoup de personnes. Être capables d'être vus différemment des autre entreprises - sans beaucoup d'argent en jeu - est notre force.

Évidement, la communauté Super Smash Bros. n'a pas été enchantée par ces propos. Cela fait bien longtemps que les acteurs du milieu se plaignent du manque de cash prize dans les événements gravitant autour de la célèbre licence de jeu de combat.

Dans l'ensemble, Nintendo offre avant tout un support logistique à son environnement compétitif. La société offre une aide logistique grâce à des consoles, des copies du jeu ou de la promotion via ses réseaux sociaux. En ce qui concerne les récompenses en elle-même, l'entreprise japonaise a toujours été réticente à l'idée de mettre la main au portefeuille. D'après les paroles du président, on comprend que c'est avant tout l'image grand public des jeux Nintendo qui freine l'entreprise, ne voulant pas forcément développer une scène élitiste en marge de sa communauté de joueurs amateurs.

Si Nintendo apporte bien une forme de support à sa scène e-sport, on est bien loin de ce qui peut-être fait par les autres éditeurs de jeux de combat... et ne parlons même pas des titres e-sport majeurs qui ont pour la plupart un circuit professionnel géré par l'éditeur lui-même.

Advertisement

EVO
EVO
Le joueurs mexicain MKLeo domine la scène Smash Bros. Ultimate

Malgré ce manque d'attention de la part de Nintendo, des joueurs professionnels de Smash Bros. existent et vivent de leurs performances. Malheureusement, ces derniers sont bien plus dépendants du streaming ou des offres de sponsoring pour vivre que des gains en tournois.

Pour donner un exemple de la situation difficile vécue par de nombreux joueurs de Smash Bros., prenons l'exemple de l'EVO. En 2019, plus de 3500 joueurs se sont inscrits au tournoi Smash Bros. afin de tenter leur chance dans le tournoi de Versus Fighting le plus prestigieux au monde.

Si l’excitation de progresser dans le tournoi est bien là, les récompenses elles sont ridicules. Même en se plaçant parmi les 8 meilleurs joueurs (soit les 0,2% des meilleurs joueurs), les gains n'étaient généralement pas payer le voyage et le séjour pour beaucoup de joueurs étrangers.

Advertisement

Malgré l'extrême prudence de Nintendo en ce qui concerne le développement compétitif de ses jeux, la communauté elle continue de se démener pour que l'e-sport sur Smash Bros. vive. Reste à voir si l'éditeur finira par changer son fusil d'épaule et aider à la mise en place de projets plus ambitieux capables de récompenser justement les meilleurs joueurs.