Les 1000 planètes promises dans Starfield par Bethesda inquiètent les joueurs

StarfieldBethesda Game Studios

Après 4 longues années d’attente, Bethesda a enfin commencé à lever le voile sur Starfield. Si les joueurs ont été ravis d’avoir enfin des informations à se mettre sous la dent, elles n’ont fait qu’attiser les craintes de certains joueurs, déjà fébriles face à un RPG aussi ambitieux.

À la fin du Xbox & Bethesda Games Show, Todd Howard a dévoilé la taille de Starfield. C’est désormais officiel, le jeu compte plus de 1 000 planètes réparties dans 100 systèmes différents que les joueurs seront libres d’explorer.

“Et il ne s’agit pas seulement de cette planète, mais aussi de toutes les planètes du système. Et il n’y a pas que ce système, il y en a plus d’une centaine, plus de 1 000 planètes que vous êtes libre d’explorer”, a-t-il déclaré.

L’article continue après la publicité

Alors que le studio s’amusait déjà lui-même à qualifier ce RPG spatial de “Skyrim dans l’espace”, l’annonce de ce monde ouvert d’envergure, a plongé de nombreux joueurs dans le doute. Il faut dire que jusqu’à présent, Bethesda et les promesses, ça faisait 2 … De nombreux joueurs se rappelleront de la fameuse “Vous voyez cette montagne là-bas ?”, une phrase qui a traumatisé toute une génération.

Au-delà des légendaires frasques de Bethesda, cette annonce n’a pas été sans rappeler la déconvenue des joueurs lorsqu’ils ont fait leurs premiers pas sur No Man’s Sky. Peu confiants face aux promesses du studio, plusieurs joueurs sont d’ores et déjà persuadés que la grande majorité des planètes de Starfield seront stériles ou inintéressantes et qu’au final, cet univers sera bien trop vide.

L’article continue après la publicité

Des promesses auxquelles plus personne ne croit

Bethesda est connu pour ses RPG ambitieux, qui font rêver les futurs joueurs, mais qui au final sortent sans être terminés, et avec de nombreux bugs à la clé. Lorsqu’il s’agit de promouvoir leurs jeux, Bethesda met le paquet, promettant aux joueurs qu’ils seront libre d’aller où ils veulent de faire absolument tout ce qui leur passera par la tête, malheureusement c’est loin d’être le cas.

Après avoir fait face à de multiples déceptions, un certain nombre de joueurs sont sceptiques à l’égard de Starfield, et on peut difficilement leur en vouloir. À présent, il faudra bien plus que les beaux discours de Todd Howard pour les convaincre.

L’article continue après la publicité

Le syndrome de No Man’s Sky

Le lancement catastrophique de No Man’s Sky est encore présent dans de nombreux esprit. Sur le papier, le jeu a fait tourner de nombreuses têtes, proposant tout ce dont un joueur pouvait rêver, et avec toute cette hype, malheureusement, lors de sa sortie, la déception n’en a été que plus grande.

Si maintenant les développeurs sont parvenus à redresser la barre, ça ne se sera clairement pas fait du jour au lendemain. Alors que cet échet cuisant est encore frais pour de nombreux joueurs, beaucoup ont l’impression de revivre le même film. Après tout, les comparaisons sont plutôt justifiés, plusieurs mécaniques aperçues dans le trailer de gameplay sont très similaires à celles de No Man’s Sky. La question que tout le monde se pose alors, est est-ce que Bethesda va générer ses planètes de la même façon.

L’article continue après la publicité

No Man’s Sky comporte plusieurs systèmes quasi infinis avec un nombre incalculable de planètes générées de manière procédurale. De ce fait, il n’y a pas de grandes villes, tous les spatioports se ressemblent et il n’y a qu’une poignée de choses à faire sur chaque planète, ce qui a fortement déplu aux joueurs lors de la sortie du jeu, bien que c’était loin d’être le seul problème.

Le doute monte autour des planètes de Starfield

On ne peut qu’espérer alors que Bethesda saura tirer des leçons de l’échec de No Man’s Sky à sa sortie. Bien sûr le tableau n’est pas aussi noir que ce que l’on pourrait penser. Admettons que sur les 1 000 planètes du jeu, 985 soient générées de manière procédurale. Cela laisserait tout de même 15 planètes, créées à la main, à explorer.

L’article continue après la publicité

Vous pouvez construire un avant-poste sur n’importe quelle planète, mener des recherche, récolter des ressources … Une fois que vous serez lassé de la planète sur laquelle vous vous trouvez, vous pouvez simplement sauter dans votre vaisseau et aller vers un tout nouveau monde prêt à être conquis.

Sans oublier que la génération de planète de manière procédurale n’est pas dénuée d’intérêt. Elle permet une diversification, voire même une fantaisie, que la main de l’homme peut difficilement égaler faute de temps.

Si en plus de ces planètes, les planètes conçues par les développeurs sont aussi élaborées que ce que le trailer le promet, le jeu pourrait en valoir la chandelle, mais on en vient toujours au même point, ce RPG sera-t-il terminé à sa sortie ? Les promesses auront-elles été tenues ?