Le président de la Juventus, Andrea Agnelli compare la Super Ligue à Fortnite et Call of Duty - Dexerto.fr
Jeux Vidéo

Le président de la Juventus, Andrea Agnelli compare la Super Ligue à Fortnite et Call of Duty

Publié le: 21/Avr/2021 14:04

by Ludovic Quinson

Partager


Le président de la Juventus, Andrea Agnelli, qui est également l’un des architectes de la Super Ligue qui a été suspendue, a récemment défendu le projet, affirmant qu’ils pensaient créer un produit capable de rivaliser avec Fortnite et Call of Duty afin d’attirer l’attention des jeunes.

Annoncée le dimanche 18 avril, la Super Ligue européenne a été suspendue dans la soirée du mardi 20 avril.

Ce projet, qui aurait garanti à 12 des meilleurs clubs européens une place permanente dans la compétition, sans menace de relégation, a été condamné sans ménagement par la communauté du football européen.

Publicité

Mais les hommes à l’origine de sa création, le président du Real Madrid, Florentino Perez, et le président de la Juventus, Andrea Agnelli, restent convaincus qu’il s’agit d’une étape nécessaire pour l’avenir du sport le plus populaire au monde.

Le football contre les jeux vidéo

AFP/Miguel Medina
Andrea Agnelli a quitté son poste à l’UEFA et est devenu le co-président de la Super Ligue.

S’adressant au journal italien Corriere dello Sport, Andrea Agnelli a déclaré que l’une des menaces qui pèsent sur la popularité du football est la diminution de la capacité d’attention des jeunes âgés de 15 à 24 ans.

« 40% des 15-24 ans n’ont aucun intérêt pour le football. Nous avons besoin d’une compétition capable de s’opposer à ce qu’ils produisent sur les plateformes numériques, transformant le virtuel en réel. À travers FIFA, vous créez votre propre compétition, il faut ramener cette compétition dans le monde réel. Laissons de côté les effets de la concurrence des différents jeux tels que Fortnite et Call of Duty, authentiques catalyseurs de l’attention des jeunes d’aujourd’hui destinés à être les dépensiers de demain. »

Publicité

De toute évidence, la Super Ligue pensait que pour le succès à long terme du football, il était nécessaire de rivaliser pour attirer l’attention des jeunes, déjà dominée par les jeux vidéo.

Florentino Perez, la figure de proue du projet, avait même suggéré dans des interviews qu’ils pourraient être amenés à réduire la durée des matchs de football, s’ils ne parvenaient pas à garder l’attention des jeunes.

Mais les fans, jeunes et moins jeunes, se sont mobilisés contre ces propositions, en manifestant devant les stades des six clubs anglais qui avaient signé dans cette compétition.

Publicité

Ces six clubs s’étant maintenant retirés et ayant présenté leurs excuses aux supporters, le projet de Super Ligue européenne semble au point mort.