Divertissement

PewDiePie dénonce la violence des médias contre les jeux vidéo et les films comme Joker

par Isabelle Thierens
PewDiePie / Warner Bros

Partager


Dans sa dernière vidéo, Felix 'PewDiePie' Kjellberg a expliqué pourquoi selon lui le film Joker a été injustement critiqué par les médias avant sa publication en raison d'une "apologie de la violence".

Du haut de son trône de roi de YouTube, PewDiePie a pour habitude de divertir ses 102 millions d'abonnés grâce à du contenu divertissant autour de meme et d’aventures sur Minecraft.

Mais il arrive également que le Suédois prenne la parole pour donner son avis sur des sujets d'actualités. Dernièrement il a choisi de s’attaquer aux problèmes de criminalité et de la violence soulevés par les critiques du film Joker, avant sa sortie sur grand écran.

Publicité

Warner Bros
Warner Bros
Le Joker a connu un succès retentissant malgré une vague de critiques médiatiques

Après avoir visionné le film, PewDiePie souhaitait particulièrement mettre en avant la réaction des médias à l'encontre du film.  De nombreux critiques avaient qualifié le film de "dangereux" avant et après sa sortie en raison d'une "apologie de la violence".

Publicité

La réaction des médias a lentement commencé à devenir étrange

Ce n'est pas la première fois que les médias montrent du doigt des actes de violence tels que les fusillades de masse dans des films comme des jeux vidéo. PewDiePie a indiqué que de tels événements devraient plutôt être imputés à l'individu plutôt qu'à ce type de supports.

Les gens pointent du doigt les films, la musique, les jeux, etc.. comme le problème qui provoque un certain comportement chez des individus depuis des décennies au lieu de blâmer les gens eux-mêmes

Publicité

PewDiePie a suggéré que les inquiétudes exprimées par les médias au sujet de la sortie de Joker pourraient être en réalité être encore plus "dangereuses" que le film lui-même.

Ce n’est pas la première fois que PewDiePie s’attaque à  des problèmes de société,  il s’est récemment attaqué à ce qu'il évoque comme la "culture de l'outrage".

Publicité