Fortnite Apex FIFA Call of Duty Autres Jeux E-Sport Divertissement Dexerto TV Films/Séries Contact
 
Divertissement • 21/09/19

L'humouriste Kyan Khojandi défend le jeu vidéo avec Antoine De Caunes lors de la Nuit de la Pop Culture

L'humouriste Kyan Khojandi défend le jeu vidéo avec Antoine De Caunes lors de la Nuit de la Pop Culture
Kyan Khojandi / Antoine De Caunes

A l'occasion de la Nuit de la Pop Culture, l'humouriste Kyan Khojandi, a défendu le jeu vidéo derrière le micro d'Antoine de Caunes. A travers ses souvenirs et anecdotes il a tenu à faire passer un message pour tous ses détracteurs.

Publicité

Régulièrement raillé par les médias et supposés "experts", le jeu vidéo est souvent la cible de stéréotypes visant à le discréditer tout comme les joueurs. Dernièrement, c'était l'intervention de Fanny Agostini sur Europe 1 qui déchaînait les joueurs après sa critique très constructive de Pokémon Go.

Alors que le jeu vidéo représente la plus grande part du marché de la culture en France, les préjugés sont tenaces. Heureusement une nouvelle génération arrive petit à petit sur le devant de la scène. Une génération qui a grandi avec des bornes d'arcades, des manettes aux fil trop courts et des yeux injectés de sang après une nuit blanche devant Final Fantasy VII. Une génération parfaitement incarnée par Kyan Khojandi derrière le micro d'Antoine De Caunes.

Publicité

Installé sur une borne d'arcade du mythique Daytona USA lors de la Nuit de la Pop Culture, Kyan a répondu avec beaucoup d'humour aux questions de De Caunes, révélant une fois de plus son amour pour le jeu vidéo.

Engagé contre les clichés et lui-même fier d'être issu de la première génération de joueurs, il a tenu à défendre les joueurs à qui l'on accorde que trop rarement la parole.

Publicité

Entre des anecdotes sur ses premières 150 heures sur un jeu (Final Fantasy VII), un son culte de Mario et l'insouciance relative de ses parents de le laisser devant, il s'est amusé avec beaucoup de cynisme des idées reçus sur les joueurs.

Les jeux vidéo ne rendent pas les gens fous, on en est la preuve ! On est la première génération à avoir joué des heures et des heures... et finalement, je crois qu'on est devenu des gens plutôt pas mal, non ?

Kyan Khojandi

Publicité

Son intervention, entrecoupée par la tentative de De Caunes de s'essayer à Daytona USA rappelle le fossé qu'il peut parfois exister entre ces deux générations et plus encore avec celle des années 2000 souvent pointée du doigt.

Le Z Event 2019 qui se déroule actuellement, continue de battre des records et prouve chaque année l'engagement des joueurs dans la vie active. Contrastant avec l'image du geek passif et avachi dans son fauteuil, ce sont aussi des acteurs comme Khojandi qui permettent de défendre les couleurs du jeu vidéo devant les médias traditionnels et le grand public. Une position de plus en plus rapportée par des chroniqueurs qui eux aussi appartiennent désormais à cette première génération de joueurs.