Un pro de Warzone accuse l'un des participants d'un tournoi de tricherie - Dexerto.fr
Call of Duty

Un pro de Warzone accuse l’un des participants d’un tournoi de tricherie

Publié le: 21/Jan/2021 14:09 Modifié le: 21/Jan/2021 16:35

by Martin Thibaut

Partager


Au milieu d’un tournoi Call of Duty: Warzone, Tommey des 100 Thieves a accusé un détenteur de record du monde et adversaire, Pacesetter, de tricherie et a enquêté sur les preuves en direct. 

Avec plus de 80 000 $ de revenus et un contrat avec 100 Thieves, Tommey est plus familier que la plupart des autres joueurs avec Warzone et, naturellement, préoccupé par l’intégrité concurrentielle. Après avoir été éliminé d’un tournoi Mainland Gaming, il a décidé de regarder le reste des matchs (comme il le fait habituellement) et a suivi Pacesetter (qui a fait l’objet de nombreuses rumeurs de tricherie).

Publicité

De plus en plus méfiant à propos du gameplay du nouveau streamer, Tommey est finalement entré dans son chat pour demander une caméra de surveillance de l’écran du streamer. Cela a rapidement fait effet boule de neige et Pacesetter a quitté son stream pendant plus d’une heure, puis a été disqualifié pour avoir refusé de coopérer avec les administrateurs du tournoi et a ensuite supprimé les VOD de Twitch et YouTube.

Pacesetter a participé à des tournois, des paris et battu un record du monde, mais ce récent succès n’a pas pu faire dérailler l’enquête de Tommey. À la fin de la soirée, le streamer avait examiné de manière exhaustive le gameplay de Pacesetter (y compris à partir de VOD supprimées) en direct sur Twitch pour des milliers de téléspectateurs, ce qui a conduit toute la communauté CoD à saluer le pro de Warzone comme leur justicier anti-triche.

Publicité

Bien qu’à l’origine réticent à traiter Pacesetter de tricheur après avoir reçu des clips de personnes sur les réseaux sociaux, Tommey a accordé plus d’attention après sa défaite dans le tournoi. Constatant des signes subtils de triche (centrage suspect de la visée, conscience parfaite du positionnement de l’ennemi), il a alors décidé qu’il y avait suffisamment de raisons d’exiger une caméra de surveillance de l’écran du streamer en plein essor.

Lorsque Tommey demande au streamer de montrer son écran avec sa caméra dans le chat, avec une note spécifique lui disant de ne pas toucher le clavier, il semble que Pacesetter le lit et commence rapidement à taper sur ses touches. Cela devient rapidement suspect, car des incohérences dans sa justification conduisent les administrateurs du tournoi à demander un processus de vérification anti-triche.

Publicité

Suggérant qu’il utilisait le clavier pour jouer de la musique (qui n’a jamais commencé à jouer et aurait nécessité une attention particulière au moniteur auquel il ne semble pas faire face), les administrateurs ont demandé l’accès aux journaux PC de Pacesetter pour savoir s’il avait quitté un programme de piratage.

Twitch, @Tommey
Un message de Rated, l’adversaire de demi-finale de Pacesetter, dans le chat de Tommey.

En réponse, le streamer est apparemment parti pendant plus d’une heure, ce qui a amené les administrateurs à penser qu’il nettoyait les journaux de son système, et entraîné sa disqualification en demi-finale.

En fin de compte, il est impossible de confirmer avec une certitude totale que Pacesetter a triché, car il utilise XSplit, un logiciel de streaming connu pour sa capacité à masquer les hacks sur Twitch. Néanmoins, l’enquête approfondie de Tommey sur le gameplay et les réponses ultérieures aux accusations se sont avérées suffisamment accablantes pour la communauté CoD.

Publicité

Alors que tout le monde, des énormes personnalités de Warzone aux fans occasionnels, exalte Tommey pour son travail en tant que justicier anti-triche, le Sherlock Holmes de Verdansk a expliqué que malgré sa conviction qu’il était un tricheur, il ne fallait surtout pas aller le harceler.