Call of Duty

Scump incendie la Call of Duty League et envisage d'arrêter sa carrière

by Cyril Pomathiod

Partager


Le célèbre joueur américain de Call of Duty Seth "Scump" Abner a une nouvelle fois critiqué la CDL sur Twitter. Il avoue avoir même envisagé d'arrêter sa carrière.

Une fois de plus, la légende de CoD Scump a affiché publiquement son mécontentement au regard des pratiques de la Call of Duty League. Le 15 novembre, la star des OpTic Chicago s'est lâchée sur Twitter, critiquant ouvertement l'absence de playlist compétitive des certains titres de la licence, et s'indignant des amendes qu'il  a dû payer par le passé.

Advertisement

Comme l'a indiqué le joueur, il ne va "pas changer", préférant visiblement enfreindre le règlement de la ligue, lui interdisant d'après lui de communiquer comme il le souhaite quitte à être pénalisé. Scump a notamment été particulièrement véhément à propos des contrats liant les joueurs avec la Call of Duty League.

Scump critique la CDL
Twitter @scump

"Je n'ai pas vraiment parlé de ça publiquement, mais j'ai reçu une amende pour avoir joué à Raid Shadow Legends durant un stream sponsorisé. C'était pendant l'intersaison ce qui a rendu ça encore pire. Mes chaînes sont MES chaînes. Je devrais pouvoir faire ce que je veux, mais apparemment je ne peux pas.

Advertisement

J'ai reçu une amende pour avoir fait un stream sponsorisé, donc en gros je ne peux pas faire de streams sponsorisés sur d'autres jeux du tout."

Si ce qui ressemble à une sorte de close d'exclusivité pour les joueurs de la Call of Duty League est discutable, on peut néanmoins avancer l'argument que tout cela doit être spécifié dans le contrat des joueurs, qui savent parfaitement à quoi ils s'engagent au moment où ils rejoignent la compétition, non ?

Un autre tweet de Scump laisse entendre que les choses ne sont pas toujours si simples.

Advertisement

Scump critique la CDL
Twitter @scump

"La CDL m'a aussi fait signer un "contrat" de joueur devant eux sans m'autoriser à le faire lire par nos avocats au congrès des joueurs. C'était un échange du genre "signe le maintenant ou tu ne peux pas jouer à Minnesota". Je vais probablement avoir une amende pour ça aussi, juste pour vous informer."

Après cette prise de parole courageuse qui semble ne pas être sans risque pour Scump, FaZe Nickmercs est venu encourager le joueur à continuer de se faire entendre pour "changer les choses en mieux". Ce à quoi Scump a répondu par des propos qui laissent entrevoir l'ampleur de sa détresse.

Mon frère Nick. Ils nous font des crasses et la plupart [d'entre nous] ont peur et n'osent pas parler du tout parce qu'ils vont nous pénaliser. Ça m'a fait me demander si j'allais continuer la compétition.

Bien plus qu'un petit coup de gueule de passage, les critiques de Scump semblent révéler son malaise profond face à la manière dont la Call of Duty League gère ses talents. Le fait qu'une icône du jeu comme Scump outrepasse les règles et prenne la parole sur un sujet délicat pourrait néanmoins bien éveiller les consciences, même s'il s'expose à toutes formes de sanctions.

Advertisement

Néanmoins, la star américaine n'est pas la première personne à vouloir améliorer les conditions des joueurs pro de Call of Duty. Après le coup coup de gueule de Scump sur Twitter, ce n'est nul autre que son ancien coéquipier Crimsix qui est venu l'interpeller pour lui rappeler qu'il était le seul joueur de la ligue à ne pas avoir accepté de créer une union de joueurs avant la saison 2021.

Rapidement, Scump a alors admis qu'il était dorénavant d'accord pour y participer, expliquant son précédent refus :

La raison pour laquelle j'ai précédemment décliné est parce que on ne m'a quasiment rien expliqué. On peut s'entendre sur ce coup...

Ainsi, il serait bien possible que tous les joueurs de la Call of Duty League se réunissent pour tenter d'améliorer la situation. En faisant front ensemble, peut-être pourront-ils faire plier Activision et œuvrer pour des conditions plus justes à leurs yeux.