Activision Blizzard n'a pas payé d'impôts en 2018 mais a reçu 228 millions de dollars du contribuable - Dexerto.fr
Business

Activision Blizzard n’a pas payé d’impôts en 2018 mais a reçu 228 millions de dollars du contribuable

Publié le: 20/Dec/2019 12:58 Modifié le: 21/Dec/2019 20:44

by Paul Fouillade

Partager


Un nouveau rapport de l’ITEP, qui examine les impôts sur le revenu de certaines des plus grandes entreprises du monde a révélé qu’Activision Blizzard n’a pas payé de taxes fédérales aux Etats-Unis en 2018.

La société avait en effet un taux d’imposition effectif en 2018 de -51%, ce qui a obligé les contribuables américains à payer 228 millions de dollars à Activision Blizzard à la place en tant que remboursement d’impôt.

Vous trouverez ci-dessous le graphique de l’ITEP extrait de son rapport, qui montre qu’Activision Blizzard a généré 447 millions de dollars de revenus aux Etats-Unis et a enregistré un taux d’intérêt effectif de -51%.

Publicité

ITEPLes chiffres sur le graphique sont en millions de dollars

Ces échappatoires fiscales que bon nombre des plus grandes entreprises du pays exploitent ont conduit plusieurs d’entre elles à éviter l’impôt fédéral sur le revenu en 2018. Le président Trump a également promulgué de nouvelles lois fiscales, permettant aux entreprises de réduire les taux d’impositions effectifs.

“Cet allègement fiscal permet aux entreprises d’annuler les dépenses liées aux options d’achat d’actions au-delà du coût qu’elles ont déclaré aux actionnaires et au public”, rapporte l’ITEP pour expliquer ces chiffres.

Une pilule qui pourrait avoir du mal à passer auprès du contribuable américain, notamment si l’on s’intéresse aux différentes compagnies concernées par cette réduction d’impôts.

Publicité

De manière général en 2018, ces entreprises n’auraient payé que 7% de leurs profits en tant que taxes fédérales selon les données de Oxford Economics. Il s’agit du plus bas taux d’intérêt effectif depuis 1947 au moins.

Amazon par exemple a généré en 2018, 11 milliards de dollars mais “payé” un taux d’intérêt effectif de -1%, plutôt déroutant.

Quand on sait que la dette nationale des Etats-Unis s’élève à plus de 22 000 milliards de dollars, on comprend que cette annonce puisse faire froncer les sourcils.

En attendant, on imagine que le service comptabilité de ces entreprises doit être en train de sabrer le champagne à l’heure qu’il est.

Publicité